LWork

Réseau professionnel situé en Suisse, LWORK a pour but de réunir des femmes homosexuelles [2], exerçant ou ayant exercé une profession, ainsi que celles qui poursuivent une voie de formation ou de perfectionnement professionnel.

LWORK regroupe des femmes qui travaillent dans tous les domaines professionnels (économiques, industriels, politiques, culturels, sociaux, artistiques, etc).

L’objectif de LWORK est de favoriser au maximum les échanges d’informations, de services et de compétences entre ces femmes, lors de rencontres régulières dans toute la Suisse Romande, ainsi que par le biais d’une plateforme internet sécurisée.



Objectifs

En favorisant au maximum les échanges d’idées, de compétences et de liens professionnels, nous souhaitons d’une part abattre les cloisons qui isolent les femmes des différentes régions romandes et frontalières et d’autre part, créer une force de solidarité au féminin en affirmant notre présence sur le marché du travail.

  • Oui, il y a des femmes homosexuelles qui sont enseignantes !
  • Oui, il y a des femmes homosexuelles ingénieures qui travaillent au développement technique et environnemental de ce pays !
  • Oui, il y a des femmes homosexuelles qui gèrent nos comptes en banque ou postaux !
  • Oui, il y a des femmes homosexuelles infirmières, médecins, thérapeutes, qui prennent soin de notre santé !
  • Oui, il y a des femmes homosexuelles artistes, créatrices qui nous offrent de la beauté dans ce monde !
  • Oui, il y a des femmes homosexuelles journalistes, qui relatent au quotidien des nouvelles bien trop souvent hétéronormées !
  • Oui, il y a des femmes homosexuelles étudiantes !

Sur le marché du travail, les femmes homosexuelles portent un double fardeau.

L’égalité salariale hommes/femmes, bien qu’inscrite dans la loi n’est de loin toujours pas une réalité dans les entreprises suisses. L’égalité de chance pour atteindre un poste à responsabilité est aussi loin d’être gagnée. Beaucoup de femmes craignent de parler librement de leur homosexualité à leurs collègues. Par crainte de représailles, de mobbing, ou de mise en difficulté de leur carrière. Devoir cacher constamment sa vie privée à ses collègues, non pas par libre choix, mais sous le joug de la peur, est une difficulté supplémentaire et une source de fatigue considérable.

Grâce à ce réseau, nous souhaitons créer sur le long terme une multitude de liens, qui donneront naissance à des emplois, des projets, des réflexions sur la place des femmes homosexuelles dans ce monde et dans celui du travail en particulier.